thematique.laclasse.com

 

 

Puerto Mardyn et la Península Valdes
lundi 14 août 2006 , par Romain (en Argentine)
 

Cap sur Puerto Mardyn et la Península Valdes.

Comme son nom l’indique c’est une péninsule, de 400km de circonférence environ. Elle est à 18h de bus au Sud de Buenos Aires, en Patagonie, perdue dans la pampa. Elle est classée au patimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO depuis quelques années et pour cause ! C’est un endroit unique où l’on peut voir des tas d’animaux plutôt peu communs aux Européens : des baleines franches (20% de la population mondiale !), des lions de mer, des éléphants de mer, des pingouins, des orques qui viennent jusque sur les plages manger des lions de mer mais aussi des dauphins, quantité d’oiseaux et j’en passe ... Bref le paradis pour qui aime la nature.

J’y suis allé la semaine dernière. Ce n’est pas la meilleur e saison pour voir les animaux mais les baleines sont arrivées et il n’y a pas trop de touristes. La première étape pour qui veut accéder à la réserve naturelle c’est Puerto Mardyn.






Puis, il y a un seul village sur la péninsule, c’est Puerto Pirámides, d’où partent les excursions pour voir les baleines dans le Golfo Nuevo.



Les baleines sont vraiment impressionantes, le bateau s’approche à quelques mètres et là on se rend compte du gigantisme de l’animal, de par sa taille bien sûr mais aussi à la puissance de son souffle. Et c’est le festival, une, deux, trois puis quatre baleines... Elle ne font pas que remonter à la surface pour respirer, personne ne sait vraiment pourquoi mais elles sortent de l’eau, souffle, sortent la queue, plusieurs fois comme si elles savaient qu’il faut qu’elles fassent le spectacle pour les touristes. (j’ai déjà fais une excursion pour voir des baleines au Canada dans l’embouchure du Saint Laurent mais elles ne se montraient quasiment pas, quelques souffles, rien de plus, là c’est autre chose, vraiment.)








Quelques minutes de marche...






...permettent de voir des lions de mer. (sur la 2eme photo, je sais ils sont petits)




Par chance, au moment où nous les regardions, un mâle viens convoiter le harem d’un autre mâle déjà installé sur la berge avec sa bonne quinzaine de femelles. Ils se battent, violemment et le mâle solitaire s’en retourne à l’eau, bredouille.


Il y a de quoi se demander pourquoi tous ces animaux se retrouvent ici. Et bien apparement en plus d’être un coin abrité (il y a de nombreux golfs) c’est à proximité du lieu où se rencontrent deux courants marins : un chaud venant du Brésil l’autre froid venant des côtes Patagones du Sud. Ainsi cela favoriserait la remontée du zoo-plancton (dont se nourrissent les baleines) depuis les profondeurs. Pour plus de précision, il y a un "ecocentro" à Puerto Mardyn qui vaut le détour, autant pour le contenant que pour le contenu : le musé n’est pas bien grand, on y apprend quand même mais le bâtiment est surtout superbe.

La flore sur la péninsule n’est pas tout à fait à la hauteur de la faune, en fait ce n’est que de la pampa !



Le sol sur la péninsule est assez particulier. C’est du sable argileux ultra-compacté, on dirait presque de la pierre. Tout les mètres environ, il y a une strate de coquillages emprisonés.



Il y a trois "marais salants". Ils étaient la seule raison d’être du petit port d’où partent maintenant les excursions. C’est au milieu d’un de ces "marais" que se trouve la plus profonde dépression du continent (parait-il), entre 40 et 50m sous le niveau de la mer si je me souviens bien.

Pour revenir à la pampa, c’est vraiment indescriptible sauf par l’abscence. La pampa c’est ... rien et ce sur des centaines de km. Seulement des buissons éparses, presque pas de relief. De temps en temps une barrière sur le bord de la route, une piste en terre qui mène ... à l’horizon.


Et maintenant le making-of.

La banque de Puerto Mardyn :



La viande "à l’Argentine" :




 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  Archives 2006 >>  Argentine >>  Puerto Mardyn et la Península Valdes
Plan du site Contact