thematique.laclasse.com

 

 

sibérie le retour

ou pourquoi vous n’avez pas reçu d’images par le réseau

lundi 24 avril 2006 , par Martine (en Sibérie)



à Chadan
 

de retour - bien sûr - depuis le 21 février 2006 - déjà plus d’un mois - déjà le voyage en Sibérie s’éloigne - déjà il est temps de fixer les souvenirs - temps de travailler ce millier d’images rapportées - temps de revenir presque quotidiennement sur un moment et un autre vécus- sur une personne et une autre rencontrées - temps de faire confiance à la mémoire - temps de retrouver la vie des photographies - leur vie d’en dedans -


et me direz-vous, vous n’avez pas reçu d’images pendant ce voyage ...

et vous répondrai-je :

dans les campagnes sibériennes nous avons rencontré des gens qui n’ont pas l’eau courante, ni les égoûts. Imaginez un peu ce que cela signifie quand il fait - 30°C ! Transporter l’eau du puits à la maison !...


alors, l’informatique n’est pas encore à tous les étages ?

et vous répondrai-je :

Eh bien non, pas encore ! Lénine avait programmé "l’électricité pour tout le monde", c’était en 1920. Après il y a eu un grand développement industriel. Après il y a eu la fin de l’ère soviétique (en 1991).


et après ?

et vous répondrai-je :

...il y a encore beaucoup d’oubliés du développement, et l’expansion qui se poursuis aujourd’hui est en train de créer "une société à deux vitesses" avec certains qui s’enrichissent, s’enrichissent -mais ...beaucoup- et certains qui restent dans la misère, et qui cultivent des légumes dans leur "datcha" parce que c’est la seule possibilité pour en manger.

Mais je ne dis pas cela par pessimisme, je dis cela parce que cela me fait réfléchir.

Et je vous dirai encore que les Sibériens, dans ce grand froid et dans ce grand blanc, sont infiniment accueillants, et qu’ils ne vous ouvrent jamais leur porte sans vous offrir du thé bien chaud et de quoi manger. Des calories que le froid vous dérobe à grande vitesse. Et de la chaleur.

le 10 mars 2006, Martine A.


Ces trois images sont trois personnes rencontrées dans la République Autonome de Touva (à la frontière de la Mongolie), des paysans-éleveurs semi-nomades. pendant l’hiver, les vaches, les chevaux et le chameau sortent dans la steppe, broutent les herbes sèches qui dépassent de l’épaisse couche de neige, et un berger veille toujours sur le troupeau. il fait moins 30°.




Documents joints


à Chadan


 
 
ACCUEIL >>  Le projet >>  Archives 2005 >>  Sibérie >>  sibérie le retour
Plan du site Contact